Vous êtes dans : Accueil > Découvrir Schœlcher > Sites patrimoniaux, découvertes > La batterie Sainte Catherine

La batterie Sainte Catherine

Dans le cadre du vaste projet de réhabilitation des sites historiques de la Martinique lancé par l’association Forteresse des Caraïbes, la batterie Sainte-Catherine, située sur les hauteurs de la plage de Madiana a été rénovée.

Une quinzaine de jeunes dominicains sont venus prêter main forte à ceux de l’Association « La Ruche » au sein du projet de « chantier international de la jeunesse » afin de redonner vie à ce site qui bien qu’il conserve les traces d’un passé douloureux offre cependant un splendide panorama sur le littoral schoelchérois et la baie de Fort-de-France.
Suite au nettoyage complet du lieu, 5 pièces de canons, répliques à l’identique des canons d’autrefois, ont été installés avec l’accord des services de l’Armée Défense.

Précisons que la batterie Sainte-Catherine est répertoriée au dispositif défensif du Fort Saint-Louis.

La réalisation de ce projet qui s’inscrit dans une logique de valorisation de notre patrimoine martiniquais, offre désormais à la population une aire de randonnée pédestre et de découverte qui vaut le détour.

Dans l’historique…

Le 15 novembre 1758, vaisseaux de lignes, frégates, galiotes à bombes et transports chargés de 5800 hommes de troupes quittent Plymouth, en Angleterre, en direction des Antilles. Leur but est simple : faire de ces îles, des colonies anglaises.

Le 15 janvier 1759, la Martinique est alors menacée par l’invasion des anglais. Le lendemain, ces derniers programment leur descente entre Case Navire et la Pointe des Nègres ; 2 sites où sont érigées des batteries qu’ils tenteront de renverser afin de gagner les hauteurs de Fort Royal.

Lors des différentes attaques anglaises qui se sont déployées jusqu’en 1792, la Batterie Sainte-Catherine à Case Navire, dont la côte avait été fortifiée, a contribué comme d’autres, à la protection du Fort Saint-Louis et à lalibération de la Martinique aux mains des anglais.

Les 4 canons érigés sur le site sont le témoin, la mémoire d’une vivante de cette  époque.