Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Regards croisés sur la caraïbe hispanophone - Cycle de conférences

[Ville culturelle]

Regards croisés sur la caraïbe hispanophone - Cycle de conférences

Dans le cadre de « Chèlchè ka sonjé » 2017-2018, le thème Regards croisés sur la Caraïbe hispanophone s'est poursuivi avec le cycle de conférence les 15 et 17 novembre derniers, respectivement sur la relation des antillais avec le Panama et sur la tradition de la fête des morts au Mexique.

Après les communications et expositions de juillet dernier, sur les arts, la musique, le cinéma et l’esclavage, la ville continue ses actions de partage et de transmission des connaissances sur l’histoire culturelle et politique des pays de la Caraïbe hispanophone. Il s’agit à travers ces échanges de de faire émerger les relations qui nous lient à ces îles et de constater les similitudes entre nos cultures. Ainsi, chercheurs et enseignants de l’Université, historiens, observateurs sociaux et artistes, acteurs culturels et aficionados voyageurs, permettront d’identifier, jusqu’en Juin 2018, les convergences culturelles et cultuelles des peuples solaires de l’archipel caribéen.

Le cycle de conférences des 15 et 17 novembre a reçu un bel accueil avec deux thématiques riches en enseignements. D’une part, Marcela ISAZA HERRERA, Professeur de Français et de Tourisme à l’Université de Panama a présenté une conférence intitulée « Le Noir dans la société panaméenne » . Après un bref rappel historique sur l'arrivée de la population noire à Panama, en vagues successives, jusqu'au début du 20ème siècle, elle a retracé les grandes étapes de leur émancipation et de leur difficile intégration dans la société panaméenne. Ce fut aussi l'occasion d'évoquer la période de la construction du canal, et la vie quotidienne des populations noires francophones et anglophones qui quittèrent leurs îles pour participer à la construction de ce "raccourci" entre l'océan Atlantique et l'océan Pacifique.

D’autre part, Gérald DESERT, Doctorant en « Études Hispanophones et Interculturalité », à l’Université des Antilles a animé le 17 novembre la conférence « De la tradition de la fête des morts au Mexique : Une conception innée du sacré aux prises avec l’universalisme occidental ». Il s’agissait de montrer que la Fête des morts au Mexique, est un syncrétisme, soit une fusion plus ou moins harmonieuse de cultes ou de doctrines religieuses hétérogènes. Gérald Désert rappelle que cette fusion obligée est née des convulsions de l’histoire occidentale en Amérique et que malgré tout, la colonialité du pouvoir, par son système obscurantiste de conversion mis en place de manière méthodique n’aurait pas eu raison du sacré amérindien, 6 siècles plus tard.

« Chèlchè ka sonjé » vous donne rendez-vous en décembre avec de nouvelles conférences notamment :

  • "Siècle des Lumières, dans les sociétés Post Esclavagistes aux Antilles ", mercredi 13 à 18h30 à l'Hôtel de ville
  • "Lumière de l’âme des humanités" , vendredi 15 à 18h30 sur la Place des Arawaks (conférence musicale)

Partager cette page