Vous êtes dans : Accueil > Agenda > Culture > Cinéma de quartier à Ozanam Batelière, ancienne route de Schoelcher, Cité Saint Georges

Cinéma de quartier à Ozanam Batelière, ancienne route de Schoelcher, Cité Saint Georges - le 23 mars 2018

Thème : Culture

Lieu : Local associatif

Rencontres avec la culture cubaine, animées avec des représentants de l’Association Martinique Cuba et des associations de Schoelcher qui valorisent la danse et la musique cubaine.

 

Le concept culturel Chèchè ka sonjé » - Regards sur la Caraïbe hispanophone se poursuit et s’installe dans les quartiers de la ville. L’année 2018 ouvre une fenêtre sur Cuba, avec le lancement du cinéma dans les quartiers.

 Cinéma de quartier au local commun résidentiel (Cité Ozanam bât A2-A3), ce vendredi 23 mars de 18h30 à 21h avec la projection de 2 films, vidéo et diaporama :

  • L’art dans la ville   - diaporama reportage sur les œuvres d’Art monumentales et publiques réparties sur le territoire de Schoelcher
  • Les 2 visages de Cuba  - vidéo reportage sur Cuba, sa culture et la vie cubaine

Le documentaire

Cuba : l’île aux 2 visages – ARTE Reportage de David Muntaner, Hélène Eckmann et Alex Gohari – ARTE GEIE / Babel Press – France 2016 - 24mn

A quoi rêvent le cubains Aujourd’hui ? A quoi ressemble leur vie de tous les jours ?

À La Havane, Danny dit « Paquete » est une célébrité. Sur cette île, où 5% de la population seulement bénéficie d’un accès à internet, ce gamin de 26 ans propose aux Cubains une formidable ouverture sur le monde. Chaque semaine, au pays de la censure, il vend des disques durs riches d’une quarantaine d’heures de programmes téléchargés. Films américains, talk-shows, matchs de la NBA, l’offre est vaste : 90% des Cubains consomment son « Paquete ». Son entreprise est illégale, bien que tolérée par le gouvernement, à condition de respecter certaines règles…Dans les campagnes, les paysans labourent toujours la terre avec des bœufs. Et pourtant… un frémissement presque imperceptible à l’œil nu témoigne d’un changement. Près de Vinales, à 180 kilomètres environ de la Havane, Yoel Acosta laboure ses terres à l’ancienne. Comme tous les paysans cubains, il a développé un certain penchant pour la débrouillardise. Il produit un peu de riz, des patates douces, du manioc, mais aussi… du tabac. Une production quasi obligée au pays du cigare, où des fonctionnaires zélés du gouvernement passent après chaque récolte et emportent 90% de sa récolte.  Officiellement, Yoel est très fier de nourrir la révolution, mais en réalité, il s’inquiète pour l’avenir de ses deux filles.

Le rapprochement avec le voisin et ennemi américain, la visite de Barack Obama, ont ouvert des portes, jusqu’ici inaccessibles. Aujourd’hui, Dany et Yoel imaginent leur avenir différemment…

Renseignements au 0696 38 54 82

 

Partager cette page