Vous êtes dans : Accueil > Découvrir Schœlcher > Histoire > L’église et la paroisse

L’église et la paroisse

A l’époque, au XVII éme siècle, l’église était pour les français le point central du village. Le clocher aussi modeste qu’il fut, était un point de ralliement et sa cloche marquait le temps et les évènements, les sonneries étaient comprises de tous.

En Martinique, l’église joue un rôle essentiel pour les colons « le maître de case ». Il vient à la première messe avec les principaux domestiques, et retourne promptement sur l’habitation, pour permettre à la maîtresse de venir à la grande messe avec le reste de la famille. Les habitations étaient quelques fois si éloignées de l’église aussi les colons ne pouvaient-ils s’y rendre régulièrement.

Au lieu-dit de Case-Navire (aujourd’hui bourg de Schoelcher), le quartier avait un lieu de culte dont l’origine remonte probablement au XVIII ème siècle et plus exactement à 1760 à l’embouchure de la rivière Case-Navire avant la construction d’une chapelle en 1848. Elle fut établit en diocèse le 27 septembre 1850 elle eut un desservant en titre, en la personne de l’abbé Morel. En 1853 elle fut érigée en paroisse (juridiction religieuse dont les limites coïncidaient à peu près ave celle du quartier) par Monseigneur Leherpeur sous le vocable de Notre-Dame de Case Navire et placée sous le patronage de la nativité de la vierge. Son territoire fut détaché de celui de Fort-de-France et on lui ajouta celui de l’Anse Madame, puis celui de Fonds Lahayé en 1878.

L’église fut construite en 1855, date où a lieu à Case-Navire la première procession en l’honneur du Saint-Sacrement.

A cette époque, la limite avec Case-Pilote était formée par la crête du morne de Fond Bellemare en avant de Fond Lahayé. Fond La Hayé (à l’époque en trois mots), n’était alors qu’une grande propriété plantée de cannes avec quelques habitants installés principalement sur la rive gauche de la rivière. Fond Bellemarre se trouvait à 2 km de Case Navire, alors qu’il fallait parcourir 6 km pour arriver à Case-Pilote, ces gens là furent amenés nécessairement à se rattacher à la première de ces deux paroisses. C’est ainsi qu’en 1878, l’abbé Deville curé de Case Navire, fit une demande à Monseigneur Carmene, le priant de donner la rivière de Fond Lahayé comme limite de sa paroisse; cette rivière étant parfois infranchissable.

Le conseil de fabrique de Case-Pilote protesta énergiquement contre toute modification des limites prétextant que Fond Lahayé était bien moins éloigné de l’église que la Bellevue et le morne Cauvin, que la paroisse déjà appauvrie par l’amputation de l’Anse Madame et de ses environs ne devrait pas l’être davantage, etc... Ces prétextes n’avaient pas grande valeur et le vieux curé de Case-Pilote ayant été changé quelques semaines plus tard. Il ne fut pas difficile de mettre le successeur devant le fait accompli d’autant plus qu’il ne s’agissait que d’une vingtaine de personnes, la rivière servit donc de limite.
Aussi, c’est avec l’érection de l’église que l’histoire de Case-Navire s’autonomise par rapport à celle de Case-Pilote.

La commune de Case-Navire fera quand même partie du canton et de l’arrondissement de Fort-de-France.

Partager cette page